Paris 2012InfosLes Jeux en 2012Une Ville, un PaysUne EquipeVos SoutiensAjoutez le site de Paris 2012 à vos favoris
Paris 2012Paris 2012
Accueil > Une Ville, un Pays > Les Services médicauxUne Ville, un Pays

L'Expérience sportive
Environnement et Météorologie
Structure et Climat politiques et économiques
Le Transport
L'Hébergement
La Sécurité
Les Aspects juridiques
Immigrations et Douanes
La Technologie
Les Services médicaux
Recherche
Valider
 
Envoyer par mail

Les Services médicaux

La France dispose d‘excellentes infrastructures de santé et de services d’urgence expérimentés. Les services médicaux olympiques s’appuieront sur la structure de commandement existante. Paris 2012 s’engage à faire appliquer le Code Mondial Antidopage et à protéger la santé des athlètes.
 
Hôpital Européen Georges-Pompidou - © Paris 2012
Trois hôpitaux seront dédiés à la Famille Olympique. (© Paris 2012)
 
- Tout sur les Service médicaux (PDF - 1,2 Mo)
L’égalité d’accès et la gratuité des soins
Tous les membres de la Famille Olympique bénéficieront de l’accès gratuit à des services médicaux de la meilleure qualité.
 
Des services d’urgence placés sous le signe de la rapidité et de la qualité
L’Organisation de Sécurité Olympique (OSEO) coordonnera le dispositif global de premier secours. Sur les sites de compétition, le COJO organisera des services de premiers secours et établira tant que de besoin des partenariats avec des associations telles que la Croix Rouge. En cas de situation exceptionnelle, la responsabilité sera transférée aux Préfectures. A l’extérieur des sites de compétitions, les services médicaux d’urgence sont placés sous la responsabilité des services de l’Etat.
 
Des hôpitaux réservés aux athlètes et à la Famille Olympique
Choisis pour leur proximité et la qualité de leurs équipements et de leurs personnels, trois hôpitaux (Bichat - Claude-Bernard, Hôpital Européen Georges-Pompidou et Pitié-Salpêtrière) seront dédiés à la Famille Olympique.
 
La lutte contre le dopage, un engagement ferme et volontaire
Le Comité National Olympique et Sportif Français a adopté le 19 mai 2004 le Code Mondial Antidopage que le Gouvernement français avait reconnu en signant la déclaration de Copenhague en 2003. La France prend une part active à la rédaction de la Convention Internationale rédigée sous l’égide de l’UNESCO pour la transposition du Code Mondial Antidopage. D’ores et déjà le gouvernement français a préparé une révision législative afin d’harmoniser la loi actuelle avec le Code mondial, et de renforcer l’efficacité du dispositif national.
Haut de page
Espace presseEspace promotionContactPlan du siteAideInformations légalesQuestions - Réponses
English version 
© Tous droits réservés PARIS 2012